lundi 31 mars 2008

Ha! Avoir un grand arbre dans sa cours...

Hier, j'ai eu beaucoup de mal à m'endormir.
Je me suis donc relevé pour aller m'amuser un peu ici

Ce n'est qu'au alentours minuit et demi qu'après quelques bâillements, je replaçais ma tête sur l'oreiller... Me voici donc finalement dans un rêve avec une déesse quelconque lorsque...
''HOU!.....HOU!.HOU!.......HOU!.HOU!.HOU!..HOU!......HOU!.HOU!."
Hein! KESSÉSSA? 1:39 hre du matin et Hop!
Les yeux grands ouverts à me demander pourquoi un hibou sans doute de bonne taille c'est perché dans mon arbre pour téléphoner à une ligne de rencontre....
C'est que voyez-vous, ça HOU!.HOU! longtemps un hibou en chaleur!
J'ai donc fait HOU!.HOU! moi-même par la porte de la cuisine
et Monsieur le hibou est aller chercher sa douce dans un autre coin...
Puis le cadran sonnera plus tard... ou plus tôt, je sais plus...
HOU!

jeudi 20 mars 2008

AYOYE...

Puisque la précédente image ne s'affichait pas...
voici un petit vidéo pour m'excuser...


video

mercredi 19 mars 2008

Encore Messadié...


Je l'aime!!!
Évidemment pas autant que Suzanne
mais quand même pas mal!
C'est à lire!
Daniel

lundi 17 mars 2008

Je vous délaisse un peu..

C'est que voyez-vous je suis en train de monter un blogue
pour la famille... la famille élargie...
Big... Really Big!
À la fin nous devrions être une vingtaine à éditer
dans ce nouvel espace... c'est de l'ouvrage!
Je serai de retour bientôt..
Bize

lundi 10 mars 2008

Le réchauffement de la planète...

Plus il fait chaud,
plus il y a de l'évaporation...
Et plus il y a de l'évaporation,
plus cela nous retombe sur la tête...
et rapidement!
Bize

vendredi 7 mars 2008

Enfin, une nouvelle tague...

Bien voici, pour faire changement, je démarre une nouvelle tague. Les règlements sont très simples:
  • Les 6 premiers visiteurs sur votre blogue vous posent une question;
  • Vous devez ensuite y répondre de deux façons possibles, soit directement ou bien en référant l'un de vos articles qui indique la réponse;
  • Vous devez déterminer une punition que vous subirez en cas d'impossibilité de répondre à aux questions posées
  • Les mêmes six personnes sont tagués automatiquement...
J'attends donc vos questions et ma punition serait d'écrire une poème de style ''Icul'' inventé par Martin Lothar, mon gourou, pour chacun d'entre vous qui me poserez une question...
Bize

dimanche 2 mars 2008

Hier, c'était encore la St-Valentin...


Chaque année, c'est en alternance que ma douce et moi organisons l'anniversaire de notre mariage. Puisque le 14 février nous étions assez occupés avec le train-train quotidien, c'est hier que la femme de ma vie organisa donc cette délicieuse journée. Un peu comme une joute de hockey ce fut en trois périodes...


En première...
Moi, l'homme de style qui ne se sent pas trop a l'aise en public dans une robe de chambre, je me suis retrouvé dans un SPA de santé à coté de ma chérie dans une salle d'attente avec une dame qui prenait un bain de pied et choisissait son futur vernis à ongle d'orteil... . Heureusement ce ne fut pas trop long et deux femmes sont venues nous chercher pour nous amener dans une salle tamisée avec deux tables de massage côte à côte. Ne me demandez pas combien de temps cette jolie Kassadra a broyé mes
muscles j'en n'ai aucune idée. Je sais seulement que d'avoir regardé mon amante en string sur la table de massage m'a fait perdre la notion de temps. Ces mains, ces dizaines de mains sur mon corps, cette intimité de la peau nue c'était vraiment délicieux.
C'est donc avec des petits yeux dans la brume que nous sommes sortis de ce nuage pour apprécier un petit goûter de fruits et fromages avec évidemment un petit verre
de vin rouge.

En deuxième...
Je prenais alors le volant et elle me dirigea vers les rues de Montréal en direction de la Place d'Youville. Malgré la neige, c'est avec facilité que nous stationnons tout près du restaurant La Gargotte. C'est dans un très vieux bâtiment que nous entrons alors pour se transporter dans un bistro typiquement français. Murs de pierres avec un vrai foyer de bois, des bouteilles de vins et un accent à vous plonger dans une ambiance de délices...
Puisqu'il faut faire attention au pourcentage d'alcool dans le sang en regard avec la conduite automobile, nous laissons de côté l'apéritif pour entamer directement une bonne bouteille française. Les biscottes et le pain frais nous accompagnent jusqu'à l'arrivée de nos roulés aux cailles confites... . Hum! Ha! Ho! Hi! et Jean Passe... . Une entrée? NON! Deux! Suivi d'un fromage de chèvre grillé au balsamique... . HUM! HA! HO! HI! Et JEAN
PASSE... . Par chance, le plat principal n'arriva pas tout de suite. OUF!
Madame reçu un plat de canard confit et moi, un steak d'onglet au poivre cuisson médium-saignant... . Ce qu'il y a de bien avec les vrais chefs, c'est qu'il n'y a pas de surprises, c'est toujours surprenant. De la première bouchée à la dernière c'est un régal. Madame n'en fini plus de gratter ses os de cuisse de canard et moi je me retiens de licher l'assiette, c'est simplement cochon! Et elle, oui encore elle, avec ses yeux qui regarde par la fenêtre le vieux Montréal, c'est le bonheur. Je ne vois qu'elle. C'est comme si son sourire et les reflets de ses pupilles me font des nœuds dans les neurones qui produisent en surplus cette dopamine qui me transporte... je suis fou,
fou d'elle.
En sortant, il y avait une porte ouverte, un musée. L'histoire de Montréal avec une animation. L'endroit était bien mais nous n'étions pas de cette ambiance, un petit trente minutes de visite et hop! Dans la voiture pour la troisième période...

N'allez pas croire que je vais vous faire une description de la rencontre finale de cet anniversaire. Ce blogue comme vous le savez est visité par gens de tous âges et tous sexes alors il faut quand même faire attention. De plus je ne voudrais par que lors de rencontres familiales ou autres l'on nous pointe du doigt en disant; '' Ce sont eux! Les possédés!!!''. Bien oui quoi, nous nous possédons l'un et l'autre, nous nous donnons l'un et l'autre et croyez-moi c'est très bien ainsi... et n'oubliez pas que les parties de hockey les plus excitantes se terminent en prolongation... .
Daniel

Merci Monsieur l’Oiseau…

Votre chant de corde à linge rouillée,
A bel et bien mit fin à mon sommeil enchanté.
En voyant ma fenêtre ouverte et le soleil se pointer,
Vous vous êtes sûrement dit : ''Enfin je peux crier!''

En ce dimanche matin et après une journée éreintante,
Deux heures de plus auraient été reposantes.
Me connaissez-vous à ce point, à cinq heure du matin?
Vous savez que j’ai les rêveries fragiles, des rêves coquins.

Vous devez du haut de mon arbre attendre comme moi,
Les réveils de fin de semaine son des éveils de roi!
Sans cette radio qui la réveille, sans ce travail qui l’attend
Tranquillement elle se réveille et retrouve ses vingt ans.

Monsieur l’oiseau, comme vous, je ne peux voler
Pour espionner les autres fenêtres ouvertes du quartier
Mais si j’avais des ailes, comme vous, qui me supporteraient,
C’est dans mon propre arbre, à votre côté, que je me poserais.

Le temps que je vous écrive ces vers m’aide à patienter,
Allez donc vous promener une couple d’heures, puis revenez.
Mais de grâce, laissez ma douce dormir en vous taisant un peu
Est-ce trop vous demander, monsieur le geai bleu?