jeudi 20 août 2009

Réserve faunique Papineau-Labelle; Merci Dame Nature...

Années après années, nous retournons à cet endroit...

Nous adorons. Un pur délice pour tous les sens.

Vous venez avec nous l'an prochain?

mercredi 5 août 2009

Châteauguay- Consultation-Secteur Sud-Ouest- Mon mémoire...

Avis à mes lecteurs réguliers, ceci est malheureusement un autre texte sur la politique municipale. C'est que voyez-vous dans ma petite ville, il y a en ce moment une bataille pour la préservation d'un boisé... Ceux qui connaissent l'origine de l'existence de mon blogue ( lire le texte '' Moi la vie''), comprendront mon implication dans cette opposition à une destruction d'un site exceptionnel et bienfaisant pour la population. Raser ces bois serait une idiotie qui ne rapporterait qu'à des entrepreneurs plus capitalistes que environnementalistes... Et que dire des élus... Vous pouvez consulter le dépliant de M. Pavone ici.


Le 28 juillet 2009


Développement et conservation
Hôtel de ville


M. Sergio Pavone, Maire
5, boul. D’Youville
Châteauguay. Qc, J6J 2P8


L’AVENIR DU PARC FERNAND-SEGUIN ET DE SES ALENTOURS

MON MÉMOIRE…


À M. Pavone, à ses acolytes, aux élus municipaux et aux citoyens de Châteauguay,

Après avoir assisté à la soirée d’information, uniquement restreinte aux citoyens de deux quartiers, dont le mien, et recueilli des informations supplémentaires, ma décision sur l’avenir du Parc-Seguin, en tant que citoyen et bon père de famille de la ville de Châteauguay soucieux de la pérennité de l’environnement, est la suivante;


M. Pavone




Puisque;

  • Dans toutes vos conclusions financières, vous ne considérez aucunement la valeur actuelle du Parc Fernand-Seguin et de toute la superficie boisée l’entourant. Selon votre expert présent, il vaut, sur la base de 273$ l’arbre, une petite fortune non comptabilisée dans vos divers scénarios.


  • Dans toutes vos conclusions financières, vous ne tenez aucunement compte, encore une fois, des retombées de taxation des immeubles commerciaux déjà planifiés en bordure de la future autoroute 30 et du chemin Haute-Rivière. Il est évident, qu’en isolant les revenus de taxation simplement au secteur entourant le parc Fernand-Seguin, que le bilan financier ne puisse être que peu rentable. Par définition, un tel parc reste une dépense monétaire mais une richesse naturelle importante pour l’ensemble des citoyens de Châteauguay et même de la population, du Québec,tout entier.


  • Dans la couronne entourant la ville de Montréal, ce boisé représente l’un des derniers îlots intacts et il est d’une valeur inestimable considérant les espèces végétales s’y retrouvant. Bien qu’il est possible, selon l’une de vos expertes, de les transplanter, nous savons très bien que les coûts seraient inabordables pour les citoyens, et ce, sans garantie de survie de ces espèces. De plus, nous n’aurions plus d’endroit pour les replanter….


  • La ville de Châteauguay doit présenter un budget équilibré en tout temps avec ou sans ces projets proposés. Votre argument principal, d’obliger les citoyens à se prononcer rapidement sur l’avenir du boisé et de ses alentours, et l’impact de celui-ci sur les finances de la ville… Bref, vous nous pressez à développer le secteur avec plus de 2200 unités de logements d’apparence verts alors que la réalisation, ou non, de ce projet ne change en rien votre obligation de servir vos citoyens avec un bilan financier équilibré. Il est vrai, cependant, en ce moment, que l’argent semble circuler abondamment et de façon plutôt giratoire dans les rues et les couloirs de la Ville. La solution serait plutôt d’assainir les dépenses et les divers intervenants (je dis bien assainir) de la ville avant de démarrer un tel projet. En tant que citoyen, je préfère, de beaucoup, que la ville stabilise ses dépenses et modère son développement qui, dans ce cas-ci, détruirait l’une des plus importantes richesses de notre ville.


  • À l’intérieur du pamphlet distribué, les cartes, représentant les sentiers pédestres actuels (lignes blanches), sont erronées. En effet, lors de cette soirée, l’une de vos expertes nous a informés de la possibilité de se promener en suivant les divers sentiers qui s’étendent jusqu’à Léry. Or, il s’avère que ces sentiers n’existent pas et que le propriétaire du terrain, soit le Golf Bellevue, n’autorise aucun citoyen à se balader sur le parcours du golf sans autorisation.


  • Le passé est garant de l’avenir et que vous aviez autorisé le déboisement d’une partie du boisé pour un terrain de soccer intérieur, et ce, sans avoir obtenu l’autorisation, au préalable, du ministère du Développement durable de l’Environnement et des Parcs et de la Commission de protection du territoire agricole du Québec. Ce projet, dont vous avez mentionné, lors de cette soirée, que les travaux avaient repris, alors qu’il n’en n’est rien. Pour votre information, le chantier est toujours à l’abandon! Doit-on s’inquiéter de vos compétences ou de votre sens de l’observation? Après avoir discuté avec un représentant du ministère de l’Environnement, je comprends mieux votre stratégie de consultation actuelle auprès des citoyens. Malheureusement, très peu d’entre nous savent les réels enjeux financiers et environnementaux.


  • Il reste encore plusieurs secteurs et bouts de rue qui pourraient être développés bien avant celui-ci. Est que le service de l’urbanisme de la ville a fait l’inventaire des terrains non construits et desservis par services publics, sinon il serait grand temps de la faire et d’inciter les propriétaires a y implanter une construction. Doit-on vous faire part de tous ces bouts de rue et terrains vagues nous-mêmes ou vous pouvez aussi choisir de faire une balade dans les rues de la ville? Comme à l’habitude, les citoyens paieront vos dépenses de déplacement évidemment!


  • Vous nous demandez, à nous citoyens, de se prononcer sur l’avenir de ce boisé et aucun représentant ou expert embauché par la ville n’a assisté à la conférence donnée par une sommité mondiale en environnement sur l’importance de conserver, intact, cet espace vert. M. Hubert Reeves a grandi dans ces bois. Pour lui, ils sont inestimables et doivent être préservés. Que faisiez-vous de si important ce soir-là M. Pavone pour ne pas entendre M. Reeves? Moi et ma famille, nous y étions. Ces propos nous ont éclairés sur la question que vous nous posez… Il est impossible de résumer à quel point, en sortant de sa conférence, nous avons compris l’importance de la nature et de sa préservation pour l’avenir de la société québécoise et de l’humanité.


  • Dans aucune de vos études, vous ne considérez la faune qui habite ces lieux visés. Déplorable constat que cet oubli.


  • Tous les citoyens n’ont pu assister à la seule soirée d’information qui leur était dédiée, puisque votre bon représentant M. Lemaire escorté de policiers empêchaient d’honnêtes citoyens d’y entrer. Ce soir-là, plusieurs de mes voisins devaient accompagner leurs enfants aux parties de soccer ou autres activités familiales. Par contre vous M. Pavone avez pu pour des raisons familiales ( … ) quitter la salle pour y revenir une heure après sans aucun problème avec les policiers à la porte! Comment pouvez-vous considérer que vous avez consulté votre population en limitant l’accès aux soirées d’information de la façon dont vous l’avez faite? Il me semble que si votre objectif était, bel et bien de consulter et d’informer, vous auriez été heureux que le plus grand nombre y assiste. Or, tel n’a pas été le cas.
;

Pour toutes ces raisons et bien d’autres qui m’échappent, aucun des trois scénarios proposés ne doit faire l’objet d’un projet de développement. Je n’autoriserais, en tant que citoyen, que le redressement du boulevard Brisebois du côté nord-est du boulevard René-Lévesque jusqu’au boulevard Sutterlin et le prolongement du développement qui est actuellement en cour au nord-est de cette intersection.


Pour l’avenir du Boisé Fernand-Seguin, pour chacun des arbres, des arbustes, des plantes au sol, des petits mésanges aux majestueux grand-pics en passant par les renards et écureuils qui y vivent et qui font la fierté de Châteauguay, j’exige qu’aucun engagement de la Ville ne soit pris tant par vous, M. Pavone qui siégez du fauteuil de maire, que par vos représentants qui sont à votre service. Bref, je n’ai plus aucune confiance en l’actuelle garde à l’Hôtel de Ville.


Suite à une vraie consultation publique, complètement transparente et démocratique, le prochain conseil de ville pourrait racheter ces terrains et assurer la pérennité de cet endroit dont la valeur, tel que mentionné à plusieurs reprises, est inestimable.


Plus précisément pour vous M. Pavone;


Puisque;

  • Devant tous les citoyens présents lors de la rencontre à laquelle j’ai assisté, vous avez qualifié la question d’une dame de l’âge de ma mère ‘‘d’arrogante ’’ alors que tous trouvaient sa question pertinente. L’arrogance, M. Pavone, c’est un comportement comme celui qui était à votre service et qui refusait en votre nom, les gens à la porte lors de cette soirée.


  • Vous avez affirmé à tort qu’un citoyen ne voulait que protéger les arbres alors qu’il vous interrogeait sur l’achalandage supplémentaire qu’occasionnerait un tel développement à la circulation sur le pont Mercier. Votre accusation était des plus déplacée et n’avait aucun rapport avec la question posée.


  • Vous avez menti en disant que moi-même je possédais une maison construite sur un terrain humide alors qu’il s’agit d’une terre agricole ayant appartenue à une des plus anciennes familles de Châteauguay et où ils y cueillaient des pommes. Sur un terrain, plus précisément, avec services passants dans la rue et n’ayant pas été construit depuis une trentaine d’années… trente ans sans revenus de taxation parce que ce bout de rue restait inachevé comme des dizaines d’autres.


  • Vous dépensez par milliers de dollars nos taxes municipales en soupers en disant que les locaux de l’Hôtel de Ville, rénovés récemment, ne conviennent pas à vos discussions.


  • La ville appartient, avant tout, aux citoyens et que malheureusement vous ne semblez plus les écouter et que vous ne considérez que les aspects financiers au détriment du bien commun et du futur commun.


Je vous demande officiellement de remettre votre démission immédiate en tant que maire de la Ville de Châteauguay. Je crois sincèrement que la ville serait mieux entre les mains d’un maire par intérim qu’entre les vôtres qui ne semblent plus être aptes à servir correctement ma famille, mes voisins et l’ensemble des citoyens de Châteauguay.


Daniel Paillé

Citoyen de Châteauguay

Vous vouliez mon opinion Monsieur le Maire?...